Accueil
Energie
Revue Carrières
Technologies Energétiques 
Energie en Chiffres
Statistiques Minières
 Mines
Profil  BME
logo Care haïti logo synergies Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin quadrimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie  Août   2003
numéro 14
 Revue Synergies
  • A  propos de la situation énergétique des ménages et des petites entreprises en Haïti: le saviez-vous? par Mildred D.Régis

Nous  prenons plaisir à vous  annoncer que le thème de la  prochaine édition de Synergies sera: "Les efforts de promotion du crédit consacrés aux alternatives énergétiques dans les petites entreprises en Haïti"

Ce bulletin est publié grâce au support financier de l'USAID et de la CARE-Haïti 


A propos de la consommation énergétique des ménages et des petites entreprises en Haïti : Le saviez-vous?  Par Mildred D. Régis    

Introduction

La CARE-Energie dans le cadre des activités du projet de substitution d’énergie pour la protection de l’environnement (SEPE) a jugé nécessaire de compiler à l’intention des lecteurs de la revue «Synergies» les statistiques relatives à la consommation énergétique dans les ménages et les petites entreprises (boulangeries, blanchisseries, restaurants de rue et cantines scolaires) en Haïti. Le but de cette compilation est de permettre aux lecteurs d’avoir une idée claire, concrète et réaliste de l’importance de l’énergie dans ces secteurs, son impact sur les revenus des ménages et son poids sur le potentiel en ressources ligneuses du pays. La CARE-Energie espère que ces statistiques, très significatives et dans certains cas très alarmantes, aideront tout un chacun à prendre conscience du problème énergétique enregistré dans ces secteurs et favoriser les changements de comportement susceptibles de permettre une résolution progressive des problèmes découlant des pratiques  énergétiques en cours dans ces sous - secteurs.

Les types d’énergie utilisés pour la cuisson dans les ménages en Haïti

Le tableau qui suit donne une idée des types d’énergie utilisés pour la cuisson dans les ménages en Haïti. On remarque que le bois de feu et le charbon de bois occupent la première place (95%) parmi les combustibles  utilisés dans toutes les régions du pays, le gaz de pétrole liquéfié (GPL)1   vient en seconde position  (3,2%) suivi du kérosène et de l’électricité. Pour vous  donner  une   idée  de  l’ampleur   du problème rappelons que le volume de bois consommé pour la cuisson dépasse 4 millions de tonnes chaque année. De ce total, 35% sont convertis en charbon de bois, ce qui équivaut à 250 000 tonnes (ou 6.250.000 sacs de 40 kg). D’un autre coté, les réserves en ressources ligneuses du pays ne permettent de soutenir que 20 à 25% de ce prélèvement  sur le stock ligneux. Dans une telle conjoncture on comprend donc que la diffusion des informations permettant  aux acteurs concernés de modifier leurs habitudes de consommation, soit par la réduction (conservation) ou par la substitution est primordiale. Dans la suite de l’article, nous allons comparer les consommations  des familles et des entreprises en fonction d’une part, des types de combustibles utilisés et d’autre part, du type de technologie utilisé, soit pour un même combustible ou pour des combustibles différents.

Consommation et coût de combustibles  dans les ménages  à Port-au-Prince2 

1. Consommation de charbon de bois 

Selon les estimations basées sur des enquêtes sérieuses, chaque personne  consomme 0.36 kg  de charbon de bois par jour. Un  ménage en Haïti, composé en moyenne de 6.5 personnes, consomme donc  2,34 kg de charbon par  jour. En ajoutant  10% pour les festivités ou occasions spéciales, au bout d’une année chaque famille urbaine haïtienne utilise en moyenne:  939.5 kg de charbon, ce qui  équivaut à environ 23 sacs de 40kg dont le prix varie entre  300 et 350 gourdes dans la région métropolitaine de  Port-au-Prince.

2. Dépenses des familles en charbon de bois avec un réchaud traditionnel à Port-au-Prince

En achetant le charbon par sac, une famille haïtienne dépense environ 8 gourdes 125 par kilogramme  de charbon acheté. Cependant, les familles achètent en général le charbon au détail, et dans ce cas le coût du kg est nettement plus élevé soit environ  17 gourdes 50 en moyenne! Il y en a même qui  achètent en plus petite quantité  “une main de charbon” par exemple (pour quatre ou cinq gourdes) et dépensent encore plus par unité!!!   Ce qui revient à dire, qu’en un  an les  dépenses en charbon de bois s’élèvent entre  7,633 gdes et 16,441.25 gdes, pour une famille!  Soit en moyenne12,036.87 gdes.

3. Equivalence en bois d’un kilogramme de charbon

Pour produire un kilogramme de charbon, les charbonniers haïtiens utilisent  5 à 7 kg de bois.   Cette transformation s’effectue dans des meules en terre traditionnelles. L’équivalent en bois de la consommation annuelle d’une famille  (en tenant compte des 939.5 kg  de charbon consommé ) est compris entre  4,697.5  et  6,576.5 kilogrammes de bois! 

4. Economie de charbon avec le réchaud MIRAK

Un réchaud Mirak (amélioré) permet de faire des économies de charbon de 30 à 50% sur la consommation habituelle dans un réchaud traditionnel  c’est à dire non amélioré.  Ainsi  une famille qui utilise par an 939.5 kg  de charbon avec un réchaud traditionnel, en consommera seulement entre 657.65 et 469.75 kg avec l’utilisation d’un réchaud Mirak.  Ce qui équivaut à une économie de 281.85  à 469.75 kg de charbon, soit 7 à 11 sacs de charbon de 40 kg par an par famille!! Cette famille dépenserait alors entre  8425.81  à  6018.43 gdes.  L’argent économisé (3611 à 6018.43 gdes) servira à satisfaire d’autres besoins qui peuvent contribuer à améliorer son niveau de  vie! Donc, «Economie d’argent pour les familles, économie  de bois pour le pays et réduction de la pression sur l’environnement».Production de charbon de bois

5-  Et si le kérosène est utilisé à la place du charbon de bois?

D’après des tests de terrain et en laboratoire, effectués en 1997 par le BME, 1 kg de kérosène peut remplacer  2.1 à 3 kg de charbon de bois,  soit en moyenne  2.55 kg de charbon de bois. Donc une famille qui consomme  939.5 kg de charbon,  pourrait utiliser à sa place 368.4 kg de kérosène.  1 kg de kérosène coûte  entre 19.35 et 23,50 gdes,  selon qu’il est acheté à la pompe ou chez un détaillant  (N.B.: 1 gallon de kérosène coûte 60 gdes et pèse 3.10 kg environ). Si cette famille se convertit totalement au kérosène ses dépenses annuelles en combustible de cuisine se ramèneront  entre 7 128,54  à  8 657,40 Gourdes  selon son mode d’approvisionnement en kérosène. Elle réalise des économies respectives de 4 908,33 et  3 379,4 Gourdes  par rapport à l’utilisation du charbon dans un réchaud traditionnel.  Cette famille permet alors au pays d’économiser  939.5 kg de charbon ou mieux  entre 4,697.5  et  6,576.5 kilogrammes de bois! Phénoménal  n’est-ce-pas?

6- Et si le gaz propane est utilisé à la place du charbon de bois?

Selon des données avancées  par   SHELL–Haïti  (Voir Bulletin Synergie #4 ), 1 kg de gaz propane est égal à  4.5 kg de charbon de bois. Donc une famille qui consomme  939.5 kg de charbon,  pourrait utiliser à sa place 208.78 kg de gaz propane. 1 kg de gaz propane coûte  actuellement  de 28.50 gdes

(N.B.: 1 kg de gaz propane pèse 2.19 lbs environ, une bonbonne de 100 livres coûte actuellement environ 1300 gdes selon le distributeur et le lieu  d’approvisionnement). Si cette famille se convertit totalement au gaz propane ses dépenses annuelles en combustibles de cuisine se ramèneront  autour de 5 950. 23 gdes.     (La différence par rapport à  l’utilisation du charbon de bois peut être trouvé par un calcul simple)  Cette famille permet alors au pays d’économiser  939.5 kg de charbon ou mieux  entre 4697.5  et kilogrammes de bois! Intéressant aussi dans ce cas!

Et aviez-vous ces  informations pour les  petites  entreprises et les cantines scolaires?

1. Voyons du côté des boulangeries

- Les modèles de four à bois utilisés dans la plupart des boulangeries haïtiennes remontent au 17e ou 18e siècle!  À cette époque,  le problème de la rareté du bois ne se posait pas;

- Une évaluation effectuée par Household Energy Appropriate Technologies (HEAT) et le Bureau des Mines et de l’Energie (BME) a permis de voir que la consommation journalière en bois d’une boulangerie est d’environ 403.8 kg ;

- Les boulangeries travaillent 6 jours ½ par semaine, soit 338 jours par année ;

- En un an une boulangerie consomme  136.48 tonnes de bois ;  Il a été estimé en 1999, qu’il y aurait 1300 boulangeries qui utilisent  encore le bois de feu comme combustible sur toute l’étendue du   territoire haïtien, si tel est le cas, en un an leur consommation en bois équivaut à 177,424 tonnes de bois.

2. Et les blanchisseries?

- Les blanchisseries utilisent les chaudières à bois pour produire la vapeur nécessaire pour presser les vêtements.  Le modèle de chaudière est produit localement dans la plupart des cas, et est constitué  d’un cylindre vertical dont l’intérieur est garni de plusieurs tuyaux servant d’échangeurs de chaleur.  Une chambre de combustion placée en dessous permet de brûler le bois;

-Une blanchisserie utilise environ 486 kg de bois par jour pour faire fonctionner la ou les chaudière(s) qu’elle exploite, selon une évaluation effectuée par le BME dans une étude comparative réalisée au cours de l’exercice 2001-2002 ;

- On sait que les blanchisseries travaillent  6 jours par semaine, soit 312 jours  par année donc, en un an une blanchisserie consomme 151.6 tonnes de bois ;-Il a été estimé en 1999, qu’il y aurait 170 blanchisseries sur le territoire haïtien, si tel est le cas, en un an leur consommation en  bois équivaut à 25,772 tonnes de bois.

Et les restaurants de rue?

Les restaurants de rue, dans leur grande majorité, utilisent le charbon de bois pour la cuisson des aliments, tout comme la majorité des ménages urbains (80-85% selon les estimations);

D’après une étude réalisée par le BME dans le secteur des restaurants de rue en 1999, près de 63% des restaurants du groupe majoritaire utilisent entre 90 et 150 kg de charbon par semaine;  37% des restaurants du groupe minoritaire utilisent entre 36 à 70 kg de charbon par semaine ;

Ainsi une marchande du groupe majoritaire consomme environ 6,24 tonnes de charbon par an;  une  marchande du groupe minoritaire en utilise 2,76 tonnes par an!

Il a été estimé qu’à Port-au-Prince seulement il y aurait 10,000 restaurants de rue!  Si tel est  le cas ce secteur consommerait 49,524 tonnes de charbon de bois par an en tenant compte des deux groupes suivants :Réchaud mirak à bois dans une cantine scolaire

Groupe majoritaire:  6,300 restaurants  -  39,312 tonnes de charbon par an.

Groupe minoritaire:  3,700 restaurants  -  10,212 tonnes de charbon par an.

Et les cantines scolaires?

- Les cuisines des cantines scolaires utilisent du bois ou du charbon de bois pour la cuisson des repas. La combustion du bois se fait, dans la plupart des cas, selon la méthode traditionnelle (foyer à trois pierres). La consommation journalière moyenne par élève dans les cantines utilisant les foyers traditionnels est de 0.207 kg pour le bois et 0.034 kg pour le charbon, d’après une étude effectuée par le BME en 1999 ;

- Une école de 1000 élèves utilisera 207 kg de bois par jour ou 34 kg de charbon par jour pour cuire un repas.  Si cette école donne 2 repas, il faut doubler la consommation journalière!  En un an cette école, qui généralement offre un repas 5 jours par semaine, aura utilisé 53.82 tonnes de bois ou 8 .84 tonnes de charbon par an.

Conclusion

Ces statistiques relevées pour une partie du  secteur domestique, (elles ne tiennent pas compte des cassaveries, des rapadouteries, des guildiveries, des confiseries, des forges autant d’autres secteurs qui utilisent le bois ou le charbon de bois comme combustibles) montrent dans toute son acuité que la situation énergétique du secteur domestique et des petites entreprises est complexe et mérite d’être analysée dans sa dimension sociale, économique et environnementale. Si un programme rationnel et sérieux de substitution du bois et ses dérivés n’est pas entrepris rapidement, la population  concernée risque de se retrouver un matin incapable de faire face à ses besoins de routine par manque de bois de feu (inexistence, rareté ou prix prohibitif) ce qui aurait des conséquences graves sur la société haïtienne dans son ensemble. On comprend donc cher lecteur qu’il reste beaucoup à faire. Travaillons alors pour éviter le pire !

1 / La quantité de GPL consommée annuellement dans le pays est d’environ 14 000 tonnes soit environ 3% de celle de la République Dominicaine pour une population à peu près équivalente.
2
/ Les statistiques utilisées dans ce rapport proviennent de documents et travaux produits par le Bureau des Mines et de l’Energie et la CARE-Haïti.

Economisons le bois-énergie pour préserver l’environnement!
Editeur responsable : Mildred D. Régis
Auteurs: Robinson Moïse, Wilfrid St-Jean
Conseiller technique: Bétonus Pierre 
Edition Internet: Wilfrid Saint Jean 
Envoyez vos lettres à:
  Robinson Moïse/ Wilfrid Saint-Jean
Bulletin Synergies, CARE / BME
Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58  Fax: +509.57.67.85 
E-mail: moise@pap.care.org    wstjean@haitelonline.com
Page d'accueil BME 
Haut de la page

mines_energie@haitelonline.com
© BME et OLADE
Port au Prince Haïti
09/03/04
cette page: http://www.olade.org.ec/haiti/synergie/numero14/index.html