Accueil
Energie
Revue Carrières
Technologies Energétiques 
Energie en Chiffres
Statistiques Minières
 Mines
Profil  BME
Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin quadrimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie  Août  2001
numéro 10
 Revue Synergies

Dans ce numéro:

  • Editorial
  • Les facteurs déterminant les choix énergétiques dans les bidonsvilles de Port-au-Prince, par Mildred D. Régis
  • L'énergie de cuisson en Haiti: Considérations d'ordre sociologiques, économiques et écologiques, par Peter Young et Bétonus Pierre
  • L'utilisation du kérosène pour la cuisson des aliments : Quelques observations faites en Haiti, par Peter Young
  • Le projet Energie & environnement de Care-Haiti: Point de vue des artisans, par Robinson Moise
  • Cérémonie de remise de certifiats aux artisans producteurs de réchauds Mirak, par Marie-Pierre Cazeau
  • Résumé des activités énergétiques au cours des 20 dernières années (2ème partie), par Wilfrid Saint Jean 


  • Nous  prenons plaisir à annoncer que le thème de la  onzième  édition de la revue sera :Point de vue des acteurs autour de la dégradation de l'environnement liée à la structure énergétique d'Haïti

    Ce bulletin est publié grâce au support finacier de l'USAID, du gouvernement Néerlandais et de la CARE-Haïti 

     
    Le projet Energie et Environnement de la CARE-Haiti : Point de vue des artisan,  par Robinson Moïse, CARE-Haiti

    Introduction

    La diffusion des foyers améliorés en Haïti repose sur plusieurs acteurs. Parmi ces acteurs, les artisans producteurs de réchaud Mirak représentent, sinon l’épine dorsale, du moins l’un des  piliers  indispensables pour supporter la vulgarisation du réchaud Mirak en Haïti. Cet article se propose de traduire le plus fidèlement que possible le point de
    vue de ces artisans concernant l’importance de la production des foyers améliorés Mirak tant pour eux-mêmes que pour le pays, la commercialisation des foyers améliorés et des foyers traditionnels. Nous tenterons également d’esquisser certaines contraintes auxquelles les artisans font face qui les empêchent de se livrer totalement dans la production de réchauds Mirak.
     
     

    http://www.olade.org.ec/haiti/synergie

    Economisons le bois-énergie pour préserver l’environnement!

    Importance de la production de foyers améliorés

    Une impression que l’artisan producteur de foyers améliorés se fait de lui-même, et pas des moindres, c’est qu’il fait un travail important à la fois pour lui et pour la communauté haïtienne. Pour lui et pour sa famille, fabriquer un réchaud Mirak, comme tout autre produit qu’il fabrique, implique une augmentation immédiate de ses  actifs, une possibilité de gagner des revenus qui l’aideront à faire face à certains  de  ses besoins journaliers. Etant donné que les réchauds Mirak se vendent à des prix plus élevés que ceux des foyers traditionnels qu’ils produisent, les artisans font des bénéfices beaucoup plus intéressants. Par exemple, si l’artisan arrive à fabriquer et à vendre une douzaine de réchauds Mirak en lieu et place d’une douzaine de réchauds traditionnels, il réalise  un chiffre d’affaire de l’ordre de 600 gourdes tandis que pour la douzaine de traditionnels ce chiffre d’affaire serait de 300 gourdes pour la même quantité. Ces chiffres concernent les réchauds moyens qui sont les plus sollicités par lesArtisan au 

    Artisan au travail (Delmas 4 St. Martin)
    Artisan au travail (Delmas 4 St. Martin)
    acheteurs L’artisan tire également une fierté du fait d’être utile à son pays. Deux éléments sont à retenir : En utilisant un réchaud Mirak, le ménage ou le restaurant de rue trouve une opportunité de réduire considérablement ses dépenses d’achat de charbon de bois. D’où un revenu que ce consommateur peut utiliser pour l’acquisition d’autres biens susceptibles d’améliorer sa condition de vie. Ce surplus d’épargne peut être investi dans l’éducation, dans les soins de santé, dans l’achat de nourriture. Ce gain
    représenter jusqu’à la moitié des dépenses  encourues par ce consommateur lorsqu’il utilisait foyers traditionnels. Les réchauds Mirak permettent de réduire de 40 à 50% la consommation du charbon de bois. En ce sens, la demande pour le charbon de bois diminue, ce qui contribue à réduire la pression exercée sur les maigres ressources forestières du pays. Cela contribue à la protection de l’environnement. Les artisans sont donc conscients qu’ils contribuent à la protection de l’environnement et apportent une certaine amélioration au niveau des conditions de vie des utilisateurs de réchauds Mirak. La commercialisation des foyers améliorés, beaucoup d’artisans ont maintenant une certaine tendance à donner la priorité à la production et à la commercialisation des réchauds améliorés au détriment des réchauds traditionnels parce qu’il y a une demande croissante pour ces premiers. Plusieurs d’entre eux ne veulent plus fabriquer ces derniers. Ils sont prêts à accroître les ventes de Mirak et de diminuer celles des traditionnels. Ils veulent se mettre en association afin de faciliter l’écoulement des foyers améliorés sur le marché et d’avoir accès à un ou plusieurs canaux de distribution. 

    Les contraintes à la vulgarisation des foyers améliorés par les artisans

     Malgré cette prise de conscience face à la dégradation de l’environnement et en dépit de la volonté qui existe chez les artisans de sauvegarder le patrimoine forestier du pays par la production des réchauds améliorés et par l’abandon de celle des foyers traditionnels, ils continuent de produire  ces derniers. Il semble que la raison qui lespousse à le faire est plus grande chez eux que cette volonté que nous venons de parler. Il n’est autre qu’une question de subsistance, de survie, autrement dit la raison est économique. Les clients potentiels demandent le plus souvent les foyers traditionnels non parce qu’ils ne reconnaissent pas que les foyers améliorés offrent de meilleurs avantages en terme de performance et de rendement, mais parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour se procurer un réchaud Mirak qui est plus cher. C’est pourquoi les artisans n’arrivent pas, jusqu’à présent, à  divorcer avec la production des foyers traditionnels. Les artisans ont encore besoin d’être appuyés par le projet notamment dans le domaine de la promotion, de la recherche de débouchés, de la formation en gestion et en marketing. D’autres efforts visant à la sensibilisation de la population sur la conservation de l’énergie, sur la protection de l’environnement doivent être intensifiés.
     
    Editeur responsable : Andreas Massing
    Auteurs: Mildred D. Régis, Wilfrid St-Jean 
    Conseiller technique: Bétonus Pierre 
    Edition Internet: Wilfrid Saint Jean 
    Envoyez vos lettres à:
    Mildred D. Régis / Wilfrid Saint-Jean
    Bulletin Synergies, CARE / BME
    Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
    P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
    Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58  Fax: +509.57.67.85 
    E-mail: Régis@pap.care.orgwstjean@publi-tronic.com
    Page d'accueil BME 
    Haut de la page


    mines-energie@publi-tronic.com
    © BME et OLADE
    Port au Prince Haïti
    17/10/02
    cette page: http://www.olade.org.ec/haiti/synergie/numero10/robinson.html