Accueil
Energie
Revue Carrières
Technologies Energétiques 
Energie en Chiffres
Statistiques Minières
 Mines
Profil  BME
Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin quadrimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie  Avril   2003
numéro 13
 Revue Synergies

Dans ce numéro:

  • Pourquoi faut-il proposer des alternatives énergétiques aux petites entreprises utilisant le bois de feu en Haïti, par Wilfrid Saint Jean


Nous  prenons plaisir à annoncer que le thème de la  prochaine édition de Synergies sera: "Situation énergétiques des  petites entreprises haïtiennes dépendant du  bois de feu comme combustible"

Ce bulletin est publié grâce au support financier de l'USAID et de la CARE-Haïti 

  Pourquoi faut-il proposer des alternatives énergétiques aux petites entreprises utilisant le bois de feu en HaÏti,  par Wilfrid Saint Jean
 
Le bois de feu et  le charbon de bois représentent plus de 70% de la demande énergétique nationale d’Haïti. Ces combustibles  traditionnels sont utilisés exclusivement dans les ménages urbains et ruraux et dans les petites entreprises commerciales et industrielles liées à l’alimentation, au nettoyage des vêtements, aux distilleries de canne à sucre et dans une moindre mesure à la production des huiles   essentielles. Le grand volume de bois (plus de 4  millions de tonnes métriques) et de charbon de bois (250 000 tonnes) consommé par année1  dans ces secteurs est utilisé de façon très inefficace, tant du point de vue énergétique pure que  du point de vue environnementale (risque pour la santé humaine et pour les changements climatiques). La courbe d’utilisation des ressources ligneuses en Haïti a déjà franchi toutes les étapes : celles indiquant son abondance, sa rareté relative et sa rareté réelle. Cette dernière étape correspond à la phase actuelle et indique que des actions de substitution sont inévitables si l’on veut éviter l’étape suivante qui mène directement à la catastrophe écologique. Dans la suite de l’article nous allons essayer d’établir les raisons motivant la substitution du bois de feu dans les entreprises. 

Il existe plusieurs raisons qui motivent la promotion de l’utilisation de substituts énergétiques au bois de feu dans les petites entreprises en Haïti. La première est dictée par la législation en vigueur, la seconde est motivée par des facteurs techniques, la troisième est d’ordre écologique, la quatrième est d’ordre sociale et la cinquième  est économique.

http://www.olade.org.ec/haiti/synergie

Economisons le bois-énergie pour préserver l’environnement!

Du point de vue légal.  Selon les articles 7 et 8 du  décret du 7 juillet 1987 réglementant l’utilisation du bois-énergie en Haïti, « l’utilisation du bois comme combustibles à des fins agro-industrielles est déclarée en voie d’extinction » et un délai de 6 mois a été accordé à ces entreprises pour « transformer leur système de brûleur afin de pouvoir utiliser d’autres combustibles que le bois ». Malheureusement le crédit de modernisation prévu à l’article 9 n’a jamais été rendu disponible. (ce décret a été publié dans son intégralité dans le numéro 12 de synergies).
Chaudière traditionnelle à bois pour blanchisseries
Du point de vue technique.  L’efficacité avec laquelle l’énergie est transformée et utilisée en Haïti a été étudié dans le bilan énergétique national. Cette étude a révélé qu’environ 12% des approvisionnement bruts en énergie sont consommés et perdus au cours des processus de conversion. La perte la plus importante se produit au niveau de la production de charbon de bois. D’autre part, le bois de feu est utilisé avec une efficacité  très faible par le consommateur final, soit de 7 à 15%, ce qui représente moins de la moitié de l’efficacité  moyenne estimée avec laquelle tous les autres combustibles sont utilisés en Haïti. Ceci indique la possibilité de réaliser des économies considérables de la consommation du bois de feu par la dissémination de technologies améliorées et efficaces.

Du point de vue écologique.  En 1988, le stock ligneux sur pied a été estimé à quelques 37 millions de mètres cubes réparti sur 2.8 millions d’hectares (zones forestières et agricoles confondues)2 . Tenant compte des caractéristiques des essences forestières, la formation annuelle forestière et agro-forestière serait de l’ordre de 1.4 million de mètre cube. Du coté de la demande, la consommation annuelle estimée de bois de chauffe  atteint les 5 millions de mètre cube dont, environ 40% soit plus de 2 millions de mètre cube de bois sont convertis en charbon de bois. Les prélèvements sont près de quatre fois supérieurs à la production annuelle ce qui entraine un déficit qui se traduit par un déboisement accéléré du couvert végétal du pays, lequel est passé de 60%  de la superficie du pays en 1923 à 18% trente années plus tard. Actuellement, ce couvert forestier serait de moins de 2%.

Cette pratique, vieille de plusieurs siècles, qui consiste à exploiter irrationnellement les ressources ligneuses d’Haïti, provoque une disparition progressive de celles-ci3 . Comme conséquence de cette disparition, le potentiel des terres agricoles diminue de jour en jour et les catastrophes liées aux eaux de ruissellement (inondations des plaines et des parties basses des villes, destructions des routes et des ouvrages de drainage, etc..) prennent de plus en plus d’ampleur.


Chaudière traditionnelle à bois pour boulangeries

Du point de vue social. Les pratiques d’utilisation du charbon de bois et du bois de feu en Haïti entraînent des conséquences pour la santé des utilisateurs. Le système de foyer à feu ouvert sans protection, utilisé par les ménages et les restaurateurs de rues est une source de chaleur et de fumées très concentrées non négligeable qui agissent sur le système respiratoire, la peau (brûlures), les yeux, le système immunitaire et le cœur des femmes et des enfants. L’inhalation  du monoxyde de carbone par les femmes enceintes peut entrainer une faible croissance du fœtus  et prolonger la période de gestation.  Elle peut aussi provoquer la naissance d’enfants à poids faible  et mort-nés.  Donc,  l’exposition à la fumée est aussi l’une des causes de taux élevé de mortalité et de morbidité, (Sulpya 2002)4 .    Les fours à bois utilisés dans les boulangeries et le système de production de vapeur des blanchisseries ne disposent pas de cheminées d’évacuation de fumées qui, en se concentrant, produisent  des suies qui polluent les pains, salissent les vêtements et provoquent des maladies pulmonaires chez les travailleurs et les habitants vivant autour de ces installations. Le remplacement des combustibles ligneux, ainsi que les équipements associés par des combustibles pétroliers ou du moins une amélioration des technologies utilisées contribuera à résoudre ce problème très sérieux de  santé publique. 

Du point de vue économique. L’utilisation de combustibles et d’équipements alternatifs dans les petites entreprises peut apporter les avantages suivants : moins de pertes de production, moins de main d’œuvre et un coût moins élevé de combustible. Lorsque les crédits seront disponibles, du capital peut aussi être mis à la disposition des entrepreneurs leur évitant ainsi de disposer de leur propre capital pour faire l’acquisition d’un équipement alternatif efficace.

Conclusion

Le système écologique d’Haïti arrive donc à un carrefour où des mesures correctives sont impératives et nécessaires. Ces mesures doivent toutes viser la réhabilitation de l’environnement qui elle-même doit passer par la diminution considérable de l’exploitation  du bois de feu  principalement dans les zones écologiques les plus sensibles et par le reboisement intensif de tout le territoire national en commençant par les régions montagneuses les plus élevées (rappelons que les trois quart du territoire d’Haïti sont montagneux). Ces mesures doivent s’accompagner d’un programme de substitution d’énergie  principalement dans le secteur des ménages et des petites et moyennes entreprises où le bois constitue le principal combustible.  L’état de dégradation de l’environnement d’Haïti appelle tous les acteurs à l’action de telle sorte que la  conjugaison des efforts puisse aboutir à des résultats concrets.

 1/ Bilans énergétique annuels du Bureau des Mines et de l’Energie
 2 Source BDPA Carte d’affectation des sols basée sur une  étude réalisée en 1982.
 3/Selon Haïti : Statistiques environnementale , PNUD /ECMU 1986 la couverture végétale serait de 1.44%.
 4/ Women’s energy need with reference to workload, cooking system and health. Stockholm, Sweden, June 2002.


Editeur responsable : Mildred D. Régis
Auteurs: Mildred D. Régis, Wilfrid St-Jean 
Conseiller technique: Bétonus Pierre 
Edition Internet: Wilfrid Saint Jean 
Envoyez vos lettres à:
Mildred D. Régis / Wilfrid Saint-Jean
Bulletin Synergies, CARE / BME
Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58  Fax: +509.57.67.85 
E-mail: Régis@pap.care.org  / mailto:wstjean@haitelonline.com
Page d'accueil BME 
Haut de la page


mines_energie@haitelonline.com
© BME et OLADE
Port au Prince Haïti
22/07/03
cette page: http://www.olade.org.ec/haiti/synergie/numero13/alternatives.html