Accueil
Energie
Revue Carrières
Technologies Energétiques 
Energie en Chiffres
Statistiques Minières
 Mines
Profil  BME
Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin quadrimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie  Avril   2003
numéro 13
 Revue Synergies

Dans ce numéro:

  • Résumé du projet de substitution d'énergie pour la protection de l'environnement 2002-2004, par Mildred D. Régis


Nous  prenons plaisir à annoncer que le thème de la  prochaine édition de Synergies sera: "Situation énergétiques des  petites entreprises haïtiennes dépendant du  bois de feu comme combustible"

Ce bulletin est publié grâce au support financier de l'USAID et de la CARE-Haïti 

Résumé du projet de substitution d’énergie pour la protection de l’environnement (2002-2004), par Mildred D. Régis

Antécédent et justification

La CARE-Haïti a crée en 1996 une section énergie dans le but d’une part, de promouvoir la diffusion de technologies énergétiques efficaces dans  le secteur des ménages  et petites entreprises dépendant du bois de feu comme combustible, et d’autre part,  contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations concernées. Les différentes activités et projets (voir encadré) exécutés depuis lors ont abouti à la formulation en 2002 du projet « Substitution d’Energie pour la Protection de l’Environnement en Haïti» (SEPE) que l’Agence Américaine de Développement (USAID) a accepté une fois de plus de financer.

Le projet (SEPE) se justifie par le fait  qu’il serait dangereux d’arrêter la campagne de motivation entamée au cours des projets précédents qui a mobilisé les consommateurs, les producteurs et les entrepreneurs mais qui n’a pas encore convaincu d’autres acteurs clés encore hésitants, en particulier les financiers et l’exécutif. Comme nous le verrons dans les articles consacrés à l’impact des activités du projet précédent, les consommateurs sont très motivés et se disent prêts à adopter les équipements et les sources d’énergie de substitution proposés, mais évoquent en particulier des problèmes de premier investissement et de prix qui constituent un frein à leur action. Le projet SEPE prévoit agir sur les différents facteurs de blocage identifiés par les bénéficiaires et les promoteurs du projet. C’est un plaisir de présenter un résumé de ce projet   aux lecteurs de la revue « Synergies » les informant du même coup des efforts entrepris pour alléger la pression sur les ressources ligneuses du pays.

http://www.olade.org.ec/haiti/synergie

Economisons le bois-énergie pour préserver l’environnement!

Résumé du projet

Le projet «Substitution d’Énergie pour la Protection de l’Environnement en Haïti»   (SEPE) vise à réduire la dégradation de l’environnement en contribuant à diminuer la consommation de charbon de bois  et du bois de feu  tant dans les ménages que dans les petites entreprises, telles que les boulangeries, les blanchisseries, les restaurants, les manje kwit. Pour atteindre ce but il se propose de promouvoir dans ces secteurs l’utilisation d’équipements efficaces (réchauds, fours, chaudières) utilisant des combustibles de substitution (gaz, kérosène, diesel, électricité) au charbon de bois  et au bois de feu en vue de réduire l’offre et la demande de ces combustibles traditionnels dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines grandes villes de province.

Historique financement activités CARE-Energie

- 1996 : Etude de faisabilité pour la dissémination de réchaud  améliorés, commandée par le Bureau des Mines et de l’Energie ($ 10 000) ;
- 1996 : Campagne pilote de diffusion de 1500 réchaud améliorés financée par le projet Appui   Technique à la Protection des Forêts (ATPPF) ($60 000);
- 1997-1999 : Projet de Conservation et Substitution d’Energie dans les Ménages financé par le gouvernement Hollandais ($ 200 000) ;
- 1998-2002 : Activité de développement de la composante énergie dans les petites et moyennes entreprises financé par le projet Asset/Winwortk de l’USAID ($250 000) ;
- 2000-2002 : Deuxième phase du Projet de Conservation et Substitution d’Energie dans les Ménages financé par le gouvernement Hollandais ($ 197 000) ;
- 2000-2002 : Projet Energie et Environnement ($350 000).

La stratégie d’intervention du projet

Pour parvenir à ces résultats le projet envisage la mise au point d’une stratégie basée sur les grands axes suivants : la promotion, la formation, la recherche, la diffusion, l’appui au crédit et le plaidoyer.

La promotion des  équipements et combustibles sera réalisée afin que le public cible (ménages et les petites entreprises) connaisse leur existence, les avantages fournis  et prenne la décision de les utiliser;

La formation vise les professionnels et les ménages. Premièrement  les artisans et les techniciens dans la fabrication, l’entretien et la réparation d’équipements alternatifs. Deuxièmement, les membres du consortium et les fonctionnaires du Bureau des Mines et de l’Energie sur les techniques de plaidoirie. Troisièmement, les gestionnaires d’un nombre selectionné de petites entreprises sur le montage de plan d’affaires et   la comptabilité de base. Quatrièment, les ménages sur l’utilisation des ’équipements alternatifs.

La recherche pour l’identification de nouveaux modèles.

Les actions de  diffusion sont prévues en vue de  partager les résultats de recherche et les réalisations du projet, d’informer le public sur la problématique énergétique et les alternatives existantes.

L’appui au crédit est destiné à faciliter le placement d’équipements énergétiques dans les petites entreprises.

Le plaidoyer pour favoriser l’adoption  de lois facilitant la production d’équipements au niveau local, ainsi que leur acquisition par les utilisateurs.

Les activités du projet

Le projet envisage également  d’utiliser les résultats des expériences déjà accumulées par la CARE International HAITI dans les différents  projets d’énergie entrepris  en Haïti depuis 1995. Il en est de même de  la mise en place d’un réseau de partenaires dans les domaines de la production, de l’importation, de la diffusion de l’information, de la recherche fondamentale, des mesures légales et incitatives (crédit, taxation etc..), de l’évaluation et du suivi. Ces partenaires  se recruteront dans le secteur des affaires (industries, banques et services), dans le secteur informel, dans le secteur gouvernemental et des organisations non gouvernementales en vue de collaborer à l’exécution des différentes activités du projet énumérées  ci-après : 
Formation d'artisans dans le cadre du projet
1-La  production et la vente d’équipements al-
ternatifs avec des entreprises du secteur privé ;
2-La  promotion des équipements alternatifs à
travers des spots publicitaires, des démonstra-
tions, la participation à des foires et l’organisation de foires, le développement de dépliants;
3-La  recherche et développement de prototy
pes, la diffusion d’information à travers le bulletin
Synergies, et la participation à des émissions, des conférences, la rédaction d’articles;
4-La mise sur pied d’un mécanisme de crédit
pour l’acquisition d’équipements alternatifs dans
les petites entreprises ;
5-La réalisation de séances de formation ;
6-L’établissement d’un plan de plaidoyer pour
le problème énergétique du pays.




Formation d'artisans dans le cadre du projet

Les résultats attendus du projet

- La conversion de 50 000 ménages (30 000  pour les réchauds à gaz et 20 000 pour les réchauds améliorés à charbon ou à briquettes) et de 700 petites entreprises à des équipements  efficaces utilisant des combustibles pétroliers en  substitution au bois de feu et au charbon de bois (ce qui leur permettra d’économiser annuellement 3.6 millions de dollars américains);

- Le renforcement de la capacité d’au moins trois compagnies privées (faisant partie du consortium) pour leur permettre de produire et de vendre sur le marché local de manière efficace et durable des réchauds à gaz et à kérosène ainsi que des fours et chaudières à pétrole (diesel et kérosène) alternatifs au bois de feu et des combustibles alternatifs (briquettes);

- L’établissement d’un mécanisme d’octroi de crédit par deux institutions de micro-crédit et une banque commerciale  dédié spécialement à l’acquisition d’équipements énergétiques efficaces de substitution par au moins 280 petites entreprises;

- Les prototypes développés dans le projet antérieur sont finalisés et produits à échelle commerciale, deux nouveaux modèles de réchauds sont disponibles;

- La mise au point d’une stratégie et d’un plan de plaidoyer par les partenaires du projet en vue d’influencer la politique nationale en matière de fabrication, d’importation, de  distribution et d’utilisation des équipements énergétiques alternatifs aux combustibles ligneux;

- L’obtention d’avantages sociaux (diminution du temps de cuisson et augmentation du niveau d’hygiène, du confort et réduction des maladies pulmonaires et des yeux) et économiques (économies de combustibles et diminution des pertes dans les processus de transformation) pour les ménages,  les entrepreneurs et les travailleurs;

- La réduction de la consommation du bois de feu et des émissions de gaz de carbone.

- La réduction de la demande de combustibles ligneux de 196 000 tonnes métriques soit 10% du total de bois verts récoltés par année;  

Les équipements sélectionnés pour la  promotion

Le projet prévoit de faire au sein des groupes cibles constitués par : les ménages, les marchandes de manje kwit, les restaurants, les blanchisseries et les boulangeries la promotion des équipements suivants :Modèles de réchaud  Mirak:  présentation de la ACLAM
- les cuisinières à gaz propane de ECOGAZ pour les ménages et les restaurants / manje kwit
- les cuisinières au kérosène de CUGACOOP pour  les ménages et les restaurants / mangé kwit. Et les prototypes kéro-mirak
- les fours au diesel de KRISCO;
- les brûleurs à kérosène (prototypes)
- les fours à kérosène / diesel / propane (prototype) et modèles disponibles sur le marché;
- autres équipements à définir à l’avenir;

Les partenaires intervenants

Un total de cinq groupes a été identifié comme partenaires du projet. Il s’agit des suivants :


Modèle de réchauds Mirak : présentation de la ACLAM

A) Un consortium composé de producteurs locaux  et d’importateurs d’équipements performants de substitution. Ce groupe comprend comme membres fondateurs, les producteurs d’équipements suivants : ECOGAZ, CUGACOOP, KRISCO. Le BME et la CARE comme responsable de recherche et de coordination respectivement.

Présentation de la ECOGAZ

C’est une société anonyme filiale de la FOMEC crée en 1999 dans le but spécifique de populariser les équipements d’utilisation du gaz proUn des nombreux modèles de réchauds ECOGAZpane en Haïti. Le siège social de la société est situé à Port-au-Prince. Dès sa création elle s’est  donnée pour tâches de rechercher et de développer d’une part, un réchaud adapté aux besoins spécifiques des restaurants de rues et d’autre part, un modèle simple adapté aux ménages à revenus faibles. La société commercialise actuellement douze modèles de réchauds dont onze sont fabriqués sur place et un importé.   La structure de production consiste à signer des contrats avec des artisans locaux pour la fabrication des supports des différents modèles qui sont ensuite assemblés dans l’atelier de la compagnie par six techniciens.
La ECOGAZ dispose d’un réseau de distributeurs des réchauds répartis dans les neuf départements géographiques du pays dont certains participent à la production et au montage de certains modèles de  réchauds  sur place. Parmi les matières premières utilisées priorité est accordée aux métaux de récupération tels les jantes de véhicules. La capacité de production actuelle de l’entreprise est de 100 unités par jour. La ECOGAZ a aussi crée un réseau d’importation et de distribution de GPL destiné à rendre le gaz plus accessible aux utilisateurs.
Un des nombreux modèles de réchauds ECOGAZ
Présentation de la CUGACOOP

C’est une association coopérative fondée par un groupe de volontaires au mois de décembre 1998. Le siège social de la coopérative est situé à Port-au-Prince. La coopérative a pour but de commercialiser les produits dans les secteurs électroménagers, de la construction et peut étendre ses activités à d’autres branches commerciales et industrielles.  Parmi les objectifs de la coopérative on retient la satisfaction de la demande d’énergie de cuisson et la protection de l’environnement. La coopérative procède actuellement à la commercialisation d’un modèle de réchaud à kérosène à double foyer destiné aux ménages. Dans un proche avenir la CUGACOOP compte introduire sur le marché un modèle industriel de 2 à 3 foyers destiné aux restaurants de rues et aux cantines scolaires.

Présentation du groupe KRISCO

Le groupe KRISCO est  spécialisé dans la fabrication des fours pour boulangeries. C’est une société anonyme  dont l’objectif est de fournir aux boulangeries haïtiennes un four durable, économique et autonome capable de produire un pain de meilleur qualité que les fours à bois tout en assurant plus de  bénéfices à l’utilisateur. Le siège social de la société est à Port-au-Prince.

La société a été crée en 1994 en vue de répondre à un besoin découlant de la situation politique du pays à l’époque.  Le four KRISCO utilise le diesel pour chauffer le four et l’électricité pour démarrer le brûleur et éclairer l’intérieur de la chambre de cuisson. Exception faite de l’alternateur, toutes les pièces sont assemblées ou fabriquées sur place en Haïti et peuvent être facilement remplacées.  Il existe des modèles autonomes par rapport au courant délivré par le réseau de distribution  de l’Electricité d’Haïti. 

Autres partenaires ne faisant pas partie du consortium de départ

Présentation de ANAPRE

L’association nationale des producteurs de réchauds a été fondée en juillet 2001. Elle a pour objectifs la formation et l’encadrement de ses membres dans tout ce qui concerne les aspects techniques, économiques et sociaux en vue d’améliorer les conditions de production des réchauds améliorés à charbon ou à briquettes et contribuer à la protection de l’environnement.

Présentation de ACLAM
Briquettes fabriquées à partir de déchets et utilisées comme combustiblesBriquettes fabriquées à partir de déchets et utilisées comme combustibles

L’association « Aksyon kont Lamizè » a pour objectif de promouvoir la production de briquettes fabriquées à partir de déchets de toutes sortes (agricoles et industriels). Depuis sa création en
 février 1999, cette association a contribué à la formation de plus de 40 groupes dans trois régions du pays (Artibonite, Port-au-Prince et Les Cayes) et ses activités se poursuivent dans les autres régions du pays.

B) Des institutions gouvernementales pour les travaux de recherche sur les combustibles et les équipements, pour le suivi et l’évaluation des activités et pour la mise en place de mesures incitatives commerciales, pour l’établissement et le contrôle de l’application des normes techniques et de sécurité. Parmi ces institutions nous présentons le Bureau des Mines et de l’Energie.

Présentation du Bureau des Mines et de l’Energie

Le Bureau des Mines et de l’Energie (BME) est un organisme autonome de l’Etat crée en 1986 avec pour mission principale de promouvoir la recherche et l’exploitation des ressources minérales et énergétiques du pays ainsi que les techniques appropriées pour y parvenir. Le Bureau central du Bureau des Mines et de l’Energie est localisé à Port-au-Prince.

Placé sous la tutelle du Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC), le BME  est géré par un conseil d’Administration, une Direction Générale et un Conseil de Direction composé de deux Directeurs Techniques et d’un Directeur Administratif. Le BME intervient dans plusieurs domaines touchant les sciences de la terre, la recherche et la planification énergétique. De plus, le BME est un organisme ouvert à la coopération. Ses relations sont particulièrement  étroites avec les universités, les organismes non gouvernementales et les Ministères et organismes d’Etat.

C) Des institutions financières et bancaires pour la gestion des crédits et des fonds de garantie.

D)Des institutions non gouvernementales pour   les campagnes   de démonstration et la diffusion des informations techniques, commerciales, sécuritaire et de performance relatives aux équipements  et aux combustibles.

E) Des institutions d’enseignement et de recherche au niveau universitaire pour la poursuite de l’amélioration des équipements et pour la diffusion des informations de  recherche et de développement.

Equipe de gestion  du projet

Le projet est géré au sein de la Care-Haïti  par une équipe composée de 8 cadres de niveaux et de responsabilités différentes. Le Coordonnateur du projet est assisté de trois  responsables de composantes (composante petites entreprises, composante marketing, et composante ménages) et d’un agent administratif. Cette équipe centrale responsable de la bonne marche des activités journalières du projet travaille en partenariat avec le Bureau des Mines et de l’Energie et les membres du Consortium pour des activités spécifiques.

Le financement du projet est assuré à hauteur de  $ 349 000  en cash par l’USAID. La CARE-Haiti et les membres du consortium ont décidé de contribuer pour un montant équivalent à $160 000 en cash et en nature le cas échéant.


Editeur responsable : Mildred D. Régis
Auteurs: Mildred D. Régis, Wilfrid St-Jean 
Conseiller technique: Bétonus Pierre 
Edition Internet: Wilfrid Saint Jean 
Envoyez vos lettres à:
Mildred D. Régis / Wilfrid Saint-Jean
Bulletin Synergies, CARE / BME
Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58  Fax: +509.57.67.85 
E-mail: Régis@pap.care.org  / wstjean@haitelonline.com
Page d'accueil BME 
Haut de la page


mines_energie@haitelonline.com
© BME et OLADE
Port au Prince Haïti
22/07/03
cette page: http://www.olade.org.ec/haiti/synergie/numero13/projetsepe.html