Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin trimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie   Mai  1999  
   numéro 3
 
 Revue Synergies
Numéro 1 - Novembre 1998 
Numéro 2 - Février  1999 
Numéro 3 - Mai 1999 
Numéro 4 - Août 1999 
Dans ce numéro:
 
  • Editorial
  • Les expériences de diffusion des foyers à   GPL en Haïti, par Jerry Gousse
  • L'expérience pilote de difusion des réchauds améliorés à charbon de bois baptisés "Mirak", par Emile Jean Gilles, Jean Kissinger Dalcé et Kate Potts
  • Tout ce qu'il faut savoir sur la technologie des réchauds améliorés, par Jean-Marie Rigaud
  • Les foyers améliorés peuvent-ils constituer un élément de solution alternative aux problèmes du déboisement en Haïti, par Jean Robert Altidor 


  • Retour site Synergies
  • Retour page BME
  • Rehred


  •  Modèle de réchaud traditionnel
    Modèle de réchaud traditionnel
     
    L’expérience pilote de diffusion des réchauds améliorés "Mirak".  
    par Emile Jean Gilles, Jean Kissinger Dalcé et Kate Potts 

    Préambule 

    De 1983 à 1986 un volet de développement de réchauds améliorés financé par le Centre de recherches en Développement International (CRDI) dans le cadre du Projet Forestier National Gouvernement haïtien / Banque Mondiale a permis de développer un modèle prototype de réchauds amélioré (le modèle BME ou réchaud Mirak) présentant des avantages sociaux et économiques intéressants. Depuis lors, il y a eu plusieurs tentatives de diffusion de ce réchaud dans les ménages, le secteur informel et les cantines scolaires auxquelles ont participé un grand nombre d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Ces expériences de diffusion ont permis à chaque fois de tirer des leçons qui sont mises à profit au cours de l’expérience postérieure. Cet article ne va pas reprendre l’historique des tentatives menées en Haïti sur les réchauds améliores à charbon, historique qui a été publiée dans la première édition de la revue "Synergies". Il sera plutôt question de partager les deux années d’expérience de la CARE et du BME (97-98) dans la diffusion pilote du réchaud amélioré a charbon de bois appelé Mirak et du même coup d’annoncer les grandes lignes de la stratégie marketing qui vont être suivies par le projet. 

    (Suite) 

    Le réchaud Mirak et ses performances 
    Production de réchauds Mirak par les artisans 
    Vente et distribution des réchauds mirak 
    Réactions des consommateurs 
    Les problèmes rencontrés dans la diffusion des réchauds mirak 
    Les grandes lignes de la stratégie de marketing

     
     
     
    Le réchaud Mirak et ses performances  

    Les activités de recherche et de développement ont conduit à modifier le design du réchaud en vue d’une part de réduire la quantité de tôle utilisée par les artisans et d’autres part de se rapprocher davantage du modèle traditionnel à trois pieds très connu sur le marché. Ces changements n’ont pas modifié les performances du réchaud Mirak. En effet, les tests de laboratoire et de terrain (et la diffusion pilote) ont révélé que le "réchaud Mirak" est de loin plus performant que le ‘réchaud traditionnel". Le ménage qui s’adonne à son utilisation jouit d’un ensemble d’avantages dont les plus intéressants sont : 

    1. des économies de 40 à 50% de charbon;
    2. temps de cuisson réduit ;
    3. facilité d’utilisation et absence de danger pour le ménage;
    4. propre et conviviale (peut être utilisé à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison);
    5. période de recouvrement du coût d’investissement très courte (moins d’un mois).
    Production de réchauds Mirak par les artisans 

    Il a été estimé qu’il existe en Haïti au moins 200 ateliers (comprenant 1 à 10 artisans) qui produisent chaque année environ 250,000 réchauds traditionnels. C’est ce même circuit de production qui a été utilisé par le projet pour la fabrication du réchaud Mirak. Le procédé de fabrication utilise est simple. Il consiste à contacter l’artisan en son lieu de travail pour lui offrir la formation nécessaire lui permettant de réaliser un réchaud Mirak de qualité. Une fois la formation terminée, l’artisan reçoit des commandes du projet.  

    C’est ainsi que depuis le début de la phase pilote, un total de plus de 60 artisans a été formes à travers Port-au-Prince. En général Ils produisent des Mirak de bonne qualité a un rythme moyen de quatre(4) par jour et plusieurs d’entre eux continuent à en produire indépendamment des commandes du projet.  

    Vente et distribution des réchauds mirak 

    Avec plus de 60 artisans formés pour fabriquer le réchaud Mirak, un total de plus de 10000 réchauds Mirak a été produit, distribues et vendus à date. Les moyens utilisés peuvent se résumer ainsi:  

    1. Les ventes indépendantes du projet. Ce sont celles réalisées par les artisans qui, une fois capable de réaliser un prototype Mirak, continuent à le fabriquer en dehors des commandes du projet. Les principaux points de vente indépendants sont : L’atelier de Portail Léogane, l’atelier de Cite Simonds, l’atelier de Delmas 4, l’atelier de Bicentenaire pour ne citer que ceux-là. 
    2. Les ventes dépendantes. Ce sont celles réalisées par des gens qui après avoir participe à une démonstration de réchauds Mirak manifestent le désir de le vendre. Ils reçoivent des réchauds a crédit de la part du projet et remboursent une fois que les ventes ont été effectuées. En terme de vente pilote canal représentait un avantage pour le projet il présente de sérieux inconvénients dont le principal réside dans son caractère trop dépendant.
    3. La distribution de réchauds Mirak a été rendue possible grâce a la collaboration de 3 organisations dont il convient de citer : La CAD dans le cadre de son programme ‘’ Foyer de démonstration nutritionnelle’’, Eglise du Nazaréen dans son programme ‘’Haïti Hot Lunch Program’’ et le Plan International dans le volet du programme ‘’Éducation Environnementale’’. Le projet sollicite encore l’aide d’autres organisations, locales et internationales dans le processus de dissémination de réchauds Mirak.
    4. Une campagne simple de marketing est exécutée au niveau des différents points de vente et de distribution. Celle-ci comprend, outre la démonstration dans différents quartiers de Port-au-Prince, la commande de réchauds mirak aux artisans, la distribution chez les détaillants, mais aussi la distribution de matériels promotionnels tels des dépliants, des banderoles et autocollants ainsi que des enseignes publicitaires.
    Réactions des consommateurs 
     
    Le réchaud mirak est perçu par les utilisateurs comme étant attirant et moderne la couleur bleue jouant un rôle très important dans cette perception. Les utilisateurs parlent toujours du charbon de bois et de l’argent économisé ainsi que de la rapidité avec laquelle les besoins de cuisson sont satisfaits. Le nom ‘’Mirak’’ s’est révélé très accrocheur et le slogan "3 sak tounen 5 sak" est souvent répété par les utilisateurs. Questionnée à ce sujet, une dame de Martissant a confié à ses interlocuteurs que ‘’s’il fallait trouver un autre nom au réchaud, elle l’appellerait ‘’Bon Bagay’’. D’autres commentaires ont été recueillis auprès des femmes utilisant le réchaud Mirak, en voici un résumé :  Démonstration du réchaud Mirak à un groupe de femmes 
    Démonstration du réchaud Mirak à un groupe de femmes
     J’avais l’habitude de dépenser 5 gourdes pour acheter du charbon maintenant je dépense 3 gourdes. 
    J’achetais avant 21 gourdes de charbon chaque jour maintenant j’économise 6 gourdes sur cette somme. 
    Questionné au sujet de ce qu’elle aime le plus concernant le réchaud mirak une femme a répondu : Tout! 
    Une femme rapporte que les économies réalisées avec l’utilisation du réchaud mirak lui permettent d’entamer un petit commerce de savon de lessive.’’ 

    Autant de témoignages, qui révèlent que le réchaud mirak est techniquement un bon produit et est apprécié par tous ceux qui ont la chance de l’utiliser. 

    Les problèmes rencontrés dans la diffusion des réchauds mirak 

    L’effort de diffusion des 10 000 réchauds mentionnés plus haut est une bonne base pour la création d’un marché commercial soutenable de production des foyers améliorés en Haïti. Cependant, avec les moyens dont dispose le projet et les méthodes utilisées les ventes maximales par année ne pourront jamais dépasser les quantités prévues et l’objectif de diffusion de 130,000 Mirak dans le secteur informel ne pourra jamais être atteint. Ainsi au cours de la phase pilote, on a remarqué que les ventes n’augmentent pas au niveau des artisans, que d’autres artisans ne prennent pas l’initiative de fabriquer et de vendre le réchaud mirak et enfin que des entrepreneurs indépendants ne sont pas impliqués dans la vente et la distribution du réchaud Mirak. Pourquoi ? 

    Il existe trois raisons principales expliquant cette attitude.  

    La première concerne l’approche adoptée pour introduire le réchaud mirak auprès des utilisateurs. Les matériels de promotion mettent beaucoup plus l’emphase sur les économies de charbon plutôt que sur les bénéfices des utilisateurs eux-mêmes, qui dans tous les cas sont davantage intéressés á leur bien-être plutôt qu’a l’accomplissement d’objectifs nationaux tels la protection des arbres et la réduction du rythme de dégradation des sols.  

    La deuxième concerne le niveau de profit réalisé par les artisans et détaillants qui, de leur point de vue, n’est pas suffisant comparé à celui obtenu en fabriquant le réchaud traditionnel. En effet, le coût de production du réchaud Mirak est de trois fois plus élevé que celui du traditionnel alors que la demande pour ce dernier est beaucoup plus élevée. Le comportement de l’artisan ou du détaillant ne diffère pas de celui de l’entrepreneur capitaliste. Ils veulent tous deux réaliser le maximum de profit. Si l’artisan veut produire un réchaud facile et au moindre coût, le détaillant veut vendre un produit qui peut s’écouler rapidement sur le marché. Une étude comparative au niveau coûts de production et des prix de ventes des réchauds traditionnels et Mirak explique cette deuxième raison :  

     Chaîne de prix pour les réchauds à Port-au-Prince 
    *nette 

    La troisième concerne l’inexistence de liens entre les artisans et les points de vente mis en place par le projet. L’existence de ce lien permettrait de créer des habitudes de crédit entre artisans et détaillants afin de favoriser la mise en place d’un capital de confiance qui souvent met du temps à se consolider. Ce troisième aspect, tout aussi important que les deux premiers, montre que le projet, n’a pas su exploiter le réseau de commercialisation qui existait déjà sur le marché traditionnel. En créant un autre canal de distribution de réchauds qui n’avait aucun lien avec les artisans traditionnels, il a crée du même coup une dépendance de ce canal vis-à-vis du projet en lui facilitant le transport et le crédit. Libérer le marché tout en s’assurant que la croissance des ventes et de la production du réchaud Mirak va se réaliser indépendamment du projet constitue la prochaine étape à franchir. Pour y parvenir, le projet doit nécessairement passer par l’élaboration d’une nouvelle stratégie de marketing qui devrait permettre de faire face aux interrogations suivantes : 

    Comment procéder pour provoquer une forte demande pour le réchaud ? 

    Comment s’assurer que l’offre puisse répondre à une demande massive? 

    Comment s’assurer que la qualité du réchaud puisse être maintenue malgré une forte demande?  

    Les grandes lignes de la stratégie de marketing 

    La nouvelle stratégie qui sera adoptée par le projet se basera sur les actions suivantes : 

    • Simplifier davantage la fabrication du produit en conservant ses principales caractéristiques.
    • Établir de façon officielle le nom commercial du réchaud Mirak.
    • Identifier les clients potentiels et leurs besoins ;
    • Se concentrer sur des zones spécifiques afin de ne pas éparpiller les maigres ressources dont dispose le projet ; 
    • Créer un niveau élevé de demande à travers une campagne de promotion (à travers les ondes) afin de donner un coup de pouce à la production ;
    • Mettre les producteurs au courant de la campagne de promotion; renforcer leur formation ;
    • Faciliter les ventes par les artisans et les détaillants traditionnels de réchauds par des démonstrations dans les ateliers et les marchés publics ;
    • Continuer à collaborer avec les ONG en vue d’atteindre les couches les plus pauvres de la population ;
    • Développer par la recherche une gamme de réchauds Mirak afin de satisfaire des besoins variés ;
    • Établir un système approprié de suivi en vue de s’informer des progrès pour guider les plans futurs.
    Toutes choses restants étant égales, la stratégie de marché qui sera développée veillera à diminuer le plus que possible le rôle du projet dans la chaîne de production et de distribution. Ceci aura pour implications : La libéralisation du marché, un rôle beaucoup plus affirme des groupes de consommateurs a revenu élevé et moyen, l’intégration des détaillants traditionnels dans le processus de vente des réchauds Mirak en vue d’assurer la disponibilité même du réchaud dans les marches et enfin une croissance de la production par de nouveaux artisans qui manifesteront le désir de fabriquer Mirak une fois qu’ils auront constaté la croissance de la demande.  

    En conclusion il y a lieu de noter que l’expérience de diffusion des 10 000 réchauds Mirak a quand même permis des économies substantielles au niveau des utilisateurs. Les enquêtes menées sur le terrain ont révélé des économies de 4 gourdes par jour, sur 13.5 gourdes normalement dépensées, sont réalisées par les utilisateurs sur l’achat de charbon de bois. En considérant la quantité totale de réchauds diffusés cela constitue environ 500 000 dollars américains économisés par les familles par année au niveau du poste combustible. Ces calculs étant très conservateurs (on pense entre autres que les artisans ne rapportent pas au projet la quantité totale des réchauds vendus en dehors des commandes officielles placées par le projet d’une part, et les économies rapportées par les utilisateurs peuvent être plus élevées d’autre part) il y a lieu de croire que l’impact du projet en terme d’économie peut être plus élevé. Il est quand même dommage que le manque de fonds ait retardé le lancement de certaines activités qui étaient prévues dans le cadre du projet de Conservation et de Substitution d’Énergie dont l’activité de diffusion des foyers Mirak constitue un volet.  
     

    Economisons le bois-énergie pour préserver l’environnement!
     
    Editeur responsable: Peter Young 

    Auteurs: P. Young, Wilfrid St-Jean

    Conseiller technique: Bétonus Pierre 

    Edition Internet: soutien technique du REHRED 
     

    Envoyez vos lettres à: 
    Peter Young / Wilfrid Saint-Jean 
    Bulletin Synergies,  
    CARE / BME 
    Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
    P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
    Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58 
    Fax: +509.57.67.85 
    E-mail: young@pap.care.org
     
     
    Page d'accueil BME 
    Haut de la page
     
    mines-energie@rehred-haiti.net
    © BME et REHRED
    Port au Prince Haïti
    31/05/99
    cette page: http://rehred-haiti.net/membres/bme/Synergies/numero3/bipticheri.html