Accueil Document Energie Revue Carrières Technologies Energétiques  Energie en Chiffres Statistiques Minières Document Mines Profil du BME
Logo Care Energy Logo du Bureau des Mines et de l'Energie
    Bulletin trimestriel de la Care-Haïti  et du Bureau des Mines et de l'Energie  Décembre 1999
numéro 5
 Revue Synergies

Numéro 1 - Novembre 1998
Numéro 2 - Février  1999
Numéro 3 - Mai 1999
Numéro 4 - Août 1999
Numéro 5 - Décembre 1999

Dans ce numéro:

  • Editorial
  • Energies renouvelables : pour qui, pour quoi,  comment? par Marie Hélène Blary 
  • Les cuiseurs solaires et les besoins énergétiques des résidences en Haïti, par Wilfrid Saint Jean
  • L'énergie solaire et la cuisson , Normil Hubert Paul
  • Peut-on considérer la Conférence Mondiale de Varèse (Italie) comme un nouveau départ pour la cuisson solaire, par Dieuseul Anglade 
  • Les leçons tirées d'une campagne de diffusion de la méthode de cuisson solaire, par Normil Hubert Paul

  •  
    Synergies peut être désormais consulté sur internet en version orginale à l'adresse suivante : http:/rehred-haiti.net/membres/bme/synergie

     

    Modules photovoltaïques en opération

    Modules photovoltaïques en opération

    Energies renouvelables: pour Qui, pour Quoi, Comment?

    par Marie-Hélène Blary

    Nécessaire au développement économique et social, l’énergie électrique joue un rôle primordial dans le fonctionnement du secteur productif et des activités économiques de transformation (artisanat, micro-industrie). Elle est aussi un facteur d’amélioration des conditions de vie des populations (éducation, santé, etc.).  Pour des raisons financières, l’extension du réseau électrique à tous les villages restera impossible, pour longtemps. La dispersion de l’habitat rural accroît le coût des lignes de distribution et les très faibles consommations unitaires d’électricité rendent la distribution commerciale peu rentable. Des solutions adaptées et innovantes sont de plus en plus utilisées de part le monde et notamment l’électrification décentralisée à partir des énergies renouvelables. L’électrification rurale décentralisée ne se substitue pas complètement à l’électrification de réseau mais elle permet aux populations isolées de bénéficier, sans plus attendre, des services minimums d’éclairage et de communication.

    (Suite)
    Energies renouvelables … à partir de quelles sources d’énergies renouvelables ?
    Les éoliennes
    La petite centrale hydroélectrique
    Quelles applications ?
    A quel coût ?
    De nombreux avantages tant écologiques qu’économiques
    Quels inconvénients ?
    Quel potentiel en Haïti ?
    Quelles retombées économiques ?
    Quels moyens à mettre en œuvre ?


     
    Energies renouvelables … à partir de quelles sources d’énergies renouvelables ?

    Le photovoltaïque. Des cellules photovoltaïques transforment la lumière du soleil en électricité. Le courant continu est stocké dans des batteries. Selon l’application, on utilise directement ce courant continu (équipements en 12 ou 24 Volts) ou un onduleur le transforme en courant alternatif identique à celui du secteur.

    Les éoliennes

    La rotation des pales exposées au vent fait tourner une génératrice qui produit des kilowattheures. Un dispositif électronique gère le stockage du courant dans des batteries et sa transformation selon les appareils à alimenter. Ces éoliennes sont appelées ‘aérogénérateurs’.

    La petite centrale hydroélectrique

    Une dénivellation de 2 à 200 mètres donne à l’eau, selon son débit, une énergie suffisante pour actionner une turbine reliée à un alternateur. Un dispositif électronique conforme le courant à l’utilisation. 

    Quelles applications ?

    Les applications sont à usage domestique ou collectif, avec stockage de l’énergie sur batterie ou utilisation au fil du soleil, du vent ou de l’eau. Quelques exemples d’applications : alimentation électrique domestique (éclairage, réfrigérateur, téléviseur, radio, alarme, petit outillage) ; éclairage de locaux communautaires (dispensaires, écoles, bibliothèques) ; éclairage public des rues, places, stades de sport ; alimentation de télévisions communautaires ; alimentation de réfrigérateurs dans des dispensaires, électrification de chambres froides ; installations de pompage ou de traitement d’eau (chloration, stérilisation, télésurveillance des réseaux, etc.) ; dans le secteur des télécommunications : alimentation de relais radio et télévision, télésurveillance des réseaux, téléphonie rurale ; alimentation de phares ou balises, etc. 

    A quel coût ?

    Les ordres de grandeur donnés dans le tableau ci-dessous correspondent à des systèmes installés.
     

    Système solaire domestique
    2 lampes + 1 radio (25 Wc) 1/
    600 $ US
    4 lampes + 1 radio ( 50 Wc)
    1000 $ US
    6 lampes + 1 radio + 1 télévision (100 Wc)
    1500 $ US
    Système d’éclairage pour bâtiments publics
    150 Wc
    2500 $ US
    Chargeur de batteries domestiques
    200 Wc
    1800 $ US
    Lampadaire pour éclairage public
    50 Wc
    1800 $ US
    Télévision communautaire
    250 Wc
    6000 $ US
    Pompage d’eau
    15 m3/jour à 20 m (540 Wc)
    30 000 $ US
    Pompage d’eau
    90 m3/jour à 20 m (2 880 Wc)
    70 000 $ US

    De nombreux avantages tant écologiques qu’économiques

     Les énergies renouvelables contribuent à la limitation de la dépendance énergétique : amélioration du bilan énergétique global au niveau national et assurance d’une autonomie complète au niveau local (par rapport à une génératrice diesel par exemple). La technologie, de plus en plus fiable, procure aux installations une grande longévité. L’entretien est réduit et les coûts d’exploitation sont minimes. L’utilisation des énergies renouvelables est parfaitement bien adaptée à la fourniture de petites quantités d’électricité et à la gestion autonome des moyens de production et de distribution, de plus ces énergies ne causent pas de dégâts à  l’environnement (pas d’émission de gaz à effet de serre).

    Quels inconvénients ?
     

    Aujourd’hui, les coûts d’investissements sont encore très élevés au regard de ceux des équipements traditionnels qu’elle se propose de remplacer. D’autre part, les technologies sont encore souvent mal connues, ce qui pose notamment des problèmes d’entretien et l’absence d’un environnement technologique compétent est préjudiciable à la continuité du service.

    Quel potentiel en Haïti ?

    Le potentiel en Haïti est vaste, quelle que soit la source d’énergie renouvelable, et encore largement sous-exploité. L’énergie solaire fait appel à la ressource la mieux partagée au monde : la lumière du soleil ; et Haïti fait partie des zones les plus ensoleillées (en moyenne, l’irradiation globale journalière avoisine les 5 kWh/m2). Par ailleurs,la position d’Haïti (sous le régime des alizés sur Nord Est) et son relief escarpé en font un excellent gisement éolien, principalement sur la côte Nord du pays. Enfin, les nombreux cours d’eau représentent un potentiel d’hydroélectricité encore largement sous exploité en Haïti. D’autre part, le pays ne manque pas de sites isolés et difficiles d’accès où, de plus, la demande en électricité est relativement faible, ce qui justifie difficilement, en terme de rentabilité économique, l’installation du réseau électrique conventionnel (EDH). 
     

    Quelles retombées économiques ?

    L’électrification induit un développement économique et social important au plan local. En facilitant l’implantation ou le maintien d’activités en zones éloignées des réseaux électriques interconnectés, les énergies renouvelables entraînent des retombées économiques et sociales, locales, directes et indirectes. Parmi les retombées économiques directes, on peut citer les équipements d’infrastructures touristiques, la vente du surplus d’eau des pompes hydrauliques villageoises, la recharge de batteries et d’accumulateurs par des commerçants ou des coopératives équipés d’une fontaine d’électricité, l’électrification de petits ateliers artisanaux, la conservation de produits agro-alimentaires dans de petites chambres froides, etc.
    D’autres retombées sont loin d’être négligeables dans des zones où la situation économique est bien souvent loin d’être brillante. Ainsi, procurer le minimum de confort domestique (éclairage, radio, télévision) et collectif (écoles, télévision villageoise, mairies et maisons villageoises, téléphonie rurale, pompage de l’eau…) contribue à limiter l’exode rural. Et, à terme, les activités liées à l’électrification décentralisée à partir des énergies renouvelables (bureaux d’études, fabrication locale d’éléments de systèmes photovoltaïques, installation, entretien, maintenance…) génèrent des emplois directs et indirects.

    Quels moyens à mettre en œuvre ?

    Le développement énergétique ne peut pas être considéré de façon isolée, c’est une composante à part entière des programmes visant à l’amélioration de la qualité de vie et au développement économique et social. Le développement des énergies renouvelables passera, en Haïti, comme ailleurs, par un engagement politique pouvant prendre la forme d’un programme d’électrification rurale décentralisée. Afin de réunir toutes les chances de succès, ce programme doit s’articuler autour de quatre niveaux de responsabilité : le niveau local (usagers, communautés villageoises, équipes techniques de base, gestion locale), le niveau provincial (installateurs, distributeurs, fabricants, gestion régionale), le niveau de l’état (impulsion politique, règles du jeu, financements internes, délégation de la gestion des programmes à un opérateur public ou privé sous contrat) et enfin le niveau international (organisations internationales, coopération, financements externes, échanges d’expérience entre programmes). Tant que la synergie entre ces quatre acteurs n’existe pas, il est illusoire de croire au développement substantiel des énergies renouvelables.

     1/ Le Watt crête (Wc) permet de définir la puissance d’un dispositif de production d’électricité dans des conditions normalisées.
     


     
    Editeur responsable: Peter Young 
    Auteurs: A. Massing, Wilfrid St-Jean
    Conseiller technique: Bétonus Pierre 
    Edition Internet: Wilfrid Saint Jean 
    avec le soutien technique du REHRED
    Envoyez vos lettres à:Andreas Massing / Wilfrid Saint-Jean 
    Bulletin Synergies,  CARE / BME  -  E-mail: massing@pap.care.org
    Rue Grégoire 92, Pétionville, Haïti. 
    P.O. Box : 15546 Port-au-Prince 
    Tél.: +509.57.53.89 ou 57.53.58 /  Fax: +509.57.67.85 
    Page d'accueil BME
    Haut de la Page

    mines-energie@rehred-haiti.net
    © BME et REHRED
    Port au Prince, Haïti
    23/01/00
    Cette page: http://rehred-haiti.net/membres/bme/synergies/numero5/sert.html